Advice on: Dealing With Failures and Falls

1
439
failures and falls

Rav Berland’s Advice on: Fallings and Failures

Continuing our translation of Nachal HaEtzot, a compendium of advice from Rav Eliezer Berland, shlita, based on the teachings of Rebbe Nachman of Breslov.

  • When a person wants to enter his succah but it’s raining, then he needs to say: “thanks so much, that I’m not worthy of fulfilling the mitzvah of succah.”

A person needs to know that it’s Hashem who is sending him away.

  • If a person wants to make teshuva, and each time he falls spiritually he is shaken by this, and wakes up even more, this is a sign that his failures are due to a decree from the King.
  • The failures come to break a person’s arrogance.

  • If we get shaken up each time we fall, and we run to the field, this is a sign that it’s only a decree of the King, in order for us to acquire more lowliness.

So, this is why Am Yisrael fell into the sin of the Golden Calf, in order to prevent them from becoming arrogant from all the lofty perceptions they attained when they stood at Har Sinai.

  • All the suffering (alternatively, tzaarat, leprosy) that a person has, and even more so all the torments and persecution he goes through, this occurs in order to reveal that he is made of precious stones and pearls.[1]

Dafka, by way of the [tzaraat] afflictions [that would break out] on the walls of the house, that’s how they would discover all the caches of diamonds and pearls.[2]

Dafka, when [the tzaraat affliction on the skin] would turn everything white, so that’s when it was tahor, pure.

  • There is no such thing as a “failure” or “fall” – this is a mistake and a lie, we just imagine it to be that way.

As long as a person doesn’t cease learning in yeshiva, then there is no failure, and everything you do is OK. If you are capable of doing more, so do more, and if you can’t – then whatever you can manage to do, is still OK.

  • All the failures and all the spiritual descents come to test a person, to see whether his happiness depends on his fabulous successes, or whether it only depends on his trust in Hashem.
  • Whenever we don’t succeed, it’s because we carry on having [the attitude] that ‘the strength and power of my arm’ [is what’s achieving things].

Or, because we carry on thinking that we are ‘successful’, this is ‘my success’, this is ‘my intelligence’, this is ‘my knowledge’.

But this is not true.  [Hashem] is simply pulling us along behind Him, and so we’re running. You, [God], are dragging me along, and I’m running after You. Continue to pull me along, and continue to arrange things that I will follow after You, [Hashem]. You can pull me along.

[1] See Rebbe Nachman’s story, The Prince of Gems.

[2] When the Israelites entered the land of Canaan, if the tzaraat affliction would break out on the walls of their home, necessitating that they would need to remove the affected stones from the walls, they would discover the treasure that the previous occupants had hidden in the walls.

ASK ADVICE - RECEIVE A BLESSING
contact the tzaddik Rabbi Berland for a blessing
rav berland tzaddik whatsapp group

1 COMMENT

  1. Conseils sur : gérer les échecs et les chutes

    . Quand une personne veut entrer dans sa souccah mais qu’il est en train de pleuvoir, ensuite il a besoin de dire : « merci beaucoup, que je ne suis pas méritant d’accomplir la mitzvah de la souccah. »

    Une personne a besoin de savoir que c’est Hashem qui est en train de l’écarter.

    . Si un personne veut faire teshuva, et à chaque fois il tombe spirituellement il est secoué par ceci, et se réveille de plus belle, ceci est un signe que ses échecs sont dus à un décret du Roi.

    . Les échecs viennent casser l’arrogance d’une personne.

    . Si nous sommes secoués chaque fois que nous tombons, et nous courons dans les champs, ceci est un signe que c’est seulement un décret du Roi, dans le but pour nous d’acquérir plus de petitesse.

    Ainsi, ceci est pourquoi ‘Am Yisrael tomba dans la faute du Veau d’Or, dans le but de les prévenir de devenir arrogant de toutes les perceptions exaltantes qu’ils accédèrent quand ils étaient au Har Sinaï.
    Toutes les souffrances (alternativement, Tza’arat, léproserie) qu’une personne a, et même plus tous les tourments et persécution qu’il traverse, ceci survient dans le but de révéler que il est fait de pierres précieuses et de perles. [1]

    Dafka, par le biais des afflictions [tza’arat] [qui éclataient] dans les murs de la maison, c’est par ce biais qu’ils découvriraient toutes les cachettes des diamants et des perles. [2]

    Dafka, quand [l’affliction de la tza’arat sur la peau] se transformerait tout en blanc, donc c’est quand il était tahor, pure.

    . Il n’y a pas de telle chose comme un « échec » ou « chute » – ceci est une erreur et un mensonge, nous imaginons juste que c’en soit ainsi.

    Aussi longtemps qu’une personne ne cesse pas d’apprendre dans une yeshiva, enduiyr il n y a pas d’échec, et tout ce que tu fais est OK. Si tu es capable de faire plus, ainsi fait plus, et si tu ne peux pas – ensuite peu importe ce que tu peux manager à faire, est toujours OK.

    . Tous les échecs et toutes les descentes spirituelles viennent pour tester une personne, pour voir si sa joie dépend de son fabuleux succès, ou si cela dépend de sa confiance en Hashem.

    . A n’importe quel moment nous ne réussissons pas, c’est parce que nous continuons à avoir [l’attitude] de ‘la force et la puissance dans mon bras’ [est ce qu’il réalise les choses].

    Ou, car nous continuons à penser que nous sommes ‘couronnée de succès’, ceci est ‘mon succès’, ceci est ‘mon intelligence’, ceci est ‘ma connaissance’.

    Mais ceci n’est pas vrai. [Hashem] est simplement en train de nous tirer derrière Lui, et ainsi nous sommes en train de courir. Toi, [Hashem], me traîne, et je suis en train de courir après Toi. Continue de me tirer, et continue d’arranger les choses que je suivrai après Toi, [Hashem]. Tu peux me tirer.

    [1] Voir Rabbi l’histoire de Rabbi Na’HMaN, Le Prince de pierres précieuses.
    [2] Quand les israélites entrèrent la terre de Cana’an, si l’affliction de la tza’arat éclatait sur les murs de leurs maisons, nécessitant qu’ils auraient besoin d’enlever les pierres affectées des murs, ils découvriraient le trésor que les précieux occupants avaient cachés dans les murs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.